Contactez-nous

La trottinette électrique, un marché économiquement viable ?

4 Fév 2019

La trottinette électrique est née aux Etats-Unis dans les années 2000 et a été popularisée par Segway. Depuis, le phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur, et ce plus spécialement ces deux dernières années. C’est un marché particulièrement rentable en région parisienne !

La trottinette électrique, un phénomène de mode ?

D’après une étude réalisée par l’agence conseil Smart Mobility Lab pour la Fédération des Professionnels de la Micro-Mobilité, la croissance des ventes de gyroroues et de trottinettes électriques révèlent une nette augmentation des usages en la matière.

En 2017, on comptabilisait 101 819 trottinettes électriques vendues en France. Avec un prix de vente moyen de l’ordre de 615 euros, cela représentait un chiffre d’affaires total de 62.9 millions d’euros.

Toujours d’après une étude de l’agence Smart Mobility Lab sur les usages et la perception de la trottinette, l’imaginaire autour de la trottinette électrique est très positif et s’attache à des valeurs de modernité, d’écologie, de liberté et dispose d’une forte dimension ludique.

Pour les utilisateurs réguliers, la trottinette électrique a de nombreux avantages. On note par exemple, sa forte maniabilité, son format adapté aux trajets intermodaux ainsi que sa capacité à permettre des déplacements plus fluides et surtout plus rapides.

Côté usages, Smart Mobility Lab définit trois catégories d’utilisateurs :

  • Les Work eTrotters, à savoir les individus ayant recours à la trottinette pour leurs trajets domicile-travail monomodaux ou intermodaux ;
  • Les Sport eTrotters, qui ont eux, une pratique plus ponctuelle de la trottinette électrique, dans le cadre d’une activité sportive le weekend ;
  • Les Young eTrotters, qui l’utilisent pour des petits trajets quotidiens.

En zone urbaine, la forte concentration démographique ainsi que la saturation des transports en commun aux heures de pointe sont des facteurs qui peuvent expliquer l’engouement pour la trottinette électrique.

De plus, celle-ci étant adaptée aux trajets de courtes distances, Paris est un terrain de jeu idéal car 10 kilomètres seulement séparent le Nord du Sud de la ville et 18 de l’Est à l’Ouest.

Paris, capitale mondiale de la trottinette électrique ?

La trottinette électrique semble une solution très attractive pour le premier et le dernier kilomètre, mais est-ce suffisant pour faire vivre les sept acteurs présents sur le marché parisien ?

Seule Washington atteint le même nombre d’opérateurs en free-floating que Paris. A titre de comparaison, Madrid compte 3 opérateurs, Londres seulement un et Berlin, aucun ! Entre juin 2018 et février 2019, ce ne sont pas moins de 7 acteurs qui se sont implantés à Paris. Lime a ouvert le bal, suivi par Bird et Bolt puis Wind. Dans un second temps, Voi et Tiers ont eux aussi fait leur entrée sur le marché parisien en Décembre dernier. Enfin, Flash dernier arrivé sur le marché (12/02/2019) compte déployer à terme près de 1000 trottinettes supplémentaires.

Par ailleurs, rien que pour le premier semestre 2019, la start-up néerlandaise Dott a annoncé le lancement d’un pilote à la Station F et la société versaillaise WeTrott’ devrait s’implanter à la Défense en avril. Si on fait le compte, ce sont 9 opérateurs pour le seul marché parisien !

Du point de vue de leur rentabilité, le modèle économique de ces acteurs est a priori intéressant… Compte tenu du prix d’achat d’une trottinette électrique, le retour sur investissement semble rapide. En effet, avec une course évaluée à 1 euro à laquelle, il faut ajouter 15 centimes par minute d’utilisation, un trajet de 20 minutes peut ainsi rapporter jusqu’à 4€ soit deux fois plus que le prix d’un ticket de bus !

Seule incertitude à ce jour, le coût de gestion de la flotte demeure La grande inconnue. Et si on considère les déboires rencontrés par les différents acteurs de vélos en libre-service , le vol et le vandalisme restent une variable susceptible de changer la donne. Par ailleurs, malgré une utilisation croissante de la trottinette, il demeure un certain nombre de freins à son utilisation. On peut citer les risques de chutes en cas de mauvais temps, le manque d’autonomie ou encore l’absence de porte-bagage.

Selon les chiffres de la Sécurité Routière, le nombre d’accidents liés à l’usage de la trottinette électrique a augmenté de 23% en 2017.

Face à cette recrudescence des accidents à trottinette, la plus grande vigilance s’impose. Voici quelques mesures qui pourraient avoir un impact positif :

  • Palier au flou juridique en encadrant l’activité comme le prévoit le projet de loi LOM qui envisage un cadre juridique pour les acteurs du free-floating ou encore la mise en place d’une charte de bonne conduite ;
  • Rendre le port du casque obligatoire ;
  • Interdire le débridage des vitesses à plus de 25Km/h compte-tenu du fait que certaines trottinettes peuvent aller jusqu’à 40Km/h ! ;
  • Interdire le stationnement anarchique en en intégrant ces nouvelles formes de mobilité à l’espace public. C’est actuellement le cas à Paris où sont expérimentés des zones de stationnements de trottinettes dans le 2ème et 4ème arrondissement en collaboration avec des acteurs de free-floating.
  • Etre en mesure de verbaliser les infractions en trottinette électrique ;
  • Apporter une réponse à la privatisation des trottinettes par certains utilisateurs ;
  • Prévoir le partage des données free-floating avec les acteurs publics pour offrir proposer aux usagers une application présentant l’ensemble de l’offre à leur disposition (vélos, scooters, trottinette, etc.) ;
  • Faire participer les acteurs de free-floating aux frais induits par leurs services via une redevance pour financer la construction d’aires de stationnement, l’enlèvement de véhicules, etc. ;
  • Repenser les infrastructures de maintenance en développant des stations de recharges suffisamment proches les unes des autres afin de diminuer les frais de transport.

La concurrence sur le marché du secteur de la trottinette électrique est rude et sans aucune garantie de succès pour le moment… Réussir l’implantation pérenne de la trottinette électrique en ville nécessitera une forte implication des pouvoirs publics, mais aussi des acteurs en place. C’est un marché émergeant qui va devoir se structurer pour dépasser l’effet de mode !